Les trentenaires

Vous souvenez vous... de Dorothée, du premier cd, de la chute du mur de Berlin et de bien d'autres choses qui ont fait notre enfance ? Alors bienvenue sur le blog des trentenaires...

26 février 2007

La techno.

danse_005

La techno est une forme de musique électronique qui est apparue au début des années 1980 simultanément dans les villes de Detroit et de Chicago. Le mot techno vient du nom d'un des premiers disques du genre, "Techno-City" du duo Cybotron. Des artistes américains comme Kevin Saunderson, Jeff Mills, Juan Atkins et Derrick May sont considérés comme les pionniers du genre. Ils intègrent les sons de certains artistes pionniers européens issus de la scène EBM (electro body music), New Beat, et Pop Synth comme les allemands Kraftwerk ou encore Jean Michel Jarre en ajoutant une rythmique simple et puissante, axée sur la grosse caisse. Alors que le genre décollera en Europe à la fin des années 1980, la techno restera très longtemps un genre confidentiel aux États-Unis.

Grâce à son développement en Europe, la techno a connu un réel développement au début des années 1990 qui aboutit au développement de plusieurs sous-genres. Même si le mot « techno », comme un peu à son origine, sert à regrouper certains styles de musique électronique dansante (trance, house), il est surtout utilisé pour décrire une forme bien particulière.

Le genre, fort présent dans les raves, n'a jusqu'à maintenant pas vraiment de succès auprès du plus large public. Mais il a gagné les clubs, en commençant par le Boy, le Queen, le Pulp, le Scorpion, Le Rex à Paris (premier QG de Laurent Garnier, Scan X, etc.), L'Anfer à Dijon (premier QG de Laurent Garnier), ou encore le Tresor à Berlin (qui voit les débuts d'Ellen Allien), Fabric à Londres, Coocoon Club à Frankfort (créé et tenu par Sven Vath lui-même, grand artisan de la techno allemande). L'Allemagne est d'ailleurs la première à créer la Love Parade à Berlin, défilé de chars techno qui rassemblent des centaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale, suivie quelques années plus tard par Paris.

danse_005

De plus, il est bon de savoir qu'au milieu des années 1990 le terme « tekno » est apparu pour dissocier les soirées gratuites et « libres » (teufs et teknivals) des soirées « techno » payantes (rave party).

Cette nouvelle musique a été décrite dans "Superstars", roman culte de l'écrivaine française Ann Scott paru aux éditions Flammarion en 2000.

La (ou le) techno se distingue par son abondance de percussions et de sons synthétiques joués sur une rythmique généralement régulière (4/4) et variante. On peut y mélanger des extraits ou samples d'instruments conventionnels comme la voix par exemple. Musique relativement rapide (120-145 bpm). Il existe des formes de techno lent(e) ainsi que rapides (jusqu'à 250 bpm) comme dans la hardcore… Beaucoup pensent que la techno est souvent monotone, sans mélodie apparente et conçue avec l'idée d'être superposée avec d'autres compositions durant la prestation d'un DJ.

En fait, le résultat de bons mix est obtenu par la modification de sons et d'harmoniques complexes. Les instruments électroniques permettent une approche différente de la composition qui ne reposera plus uniquement sur une expression "simple" de l'harmonie mais une progression dans le grain, la résonance, le filtrage des sons qui évolueront tout au long des morceaux.

danse_005

La techno se rapproche assez de la musique africaine par son côté dansant et hypnotique, en particulier la techno de Detroit qui s'est inspirée des sonorités funks, mais la techno de Detroit a également donné naissance à la techno minimaliste et conceptuelle de Richie Hawtin (Plastikman) et son label Plus8, qui a produit -entre autre- l'hypnotisant "Pull Over" de Speedy J. La techno européenne est, elle, issue des rythmes froids et sombres de la scène belge, par exemple Front 242, et allemande EBM (Electronic Body Music), new beat, mais si on veut chercher plus loin, les Pink Floyd en 1973 sur leur Dark Side of the Moon laissaient échapper un On the Run qui n'a rien à envier à beaucoup de productions actuelles…

L'évolution d'un morceau techno ne se fait pas par la mélodie mais par le glissement des sons, des rythmiques et par une variation cyclique de la pulsation rythmique. C'est en partie pour cela que la techno a révolutionné le monde de la musique et de la danse ; un autre aspect est son côté libre et anti-commercial. Connu mondialement, Jeff Mills a toujours refusé de signer sur une major, et l'un des labels cultes américains s'appelle précisément Underground Resistance.

Posté par mahia34 à 19:41 - Les musiques. - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire